samedi 15 juin 2013

Episode 13 ou comment les français ont édulcoré la mort de la mère d'Esteban

ATTENTION !
Les extraits de la version japonaise de cet article ne sont pas tirés de la version originale diffusée en 1982 au Japon. Ils proviennent de la version japonaise de 1998 dont la bande son a été réenregistrée.

En ce qui concerne les extraits de cet article, il n'y a pas de différence notable entre les deux versions.  



Dans un article précédent, nous avons vu comment les français avaient édulcoré la mort de certains personnages par leur utilisation de la musique.
Dans cet article, nous allons voir comment la mort de la mère d'Esteban a subi le même traitement.


Pour voir ce que nous avons perdu dans l'adaptation, je vous propose de regarder un premier extrait de l'épisode 13.
Dans cet épisode, Esteban va voir avec ses amis un vieil inca nommé Mayuka. Il veut lui poser des questions sur son père, mais aussi sur un mystérieux dessin qu'ils ont trouvé sur une dalle et qui reprend le motif des médaillons du soleil.




Dans la version originale japonaise, quand Esteban parle de son père, la scène prend une tournure différente. La musique devient mélancolique et Mayuka change d'attitude. Le vieil inca arrête de parler et se renferme sur lui-même avec un air triste.
Par l'attitude du personnage et la musique de la scène, le réalisateur Hisayuki Toriumi nous fait comprendre que Mayuka cache quelque chose de triste à Esteban. On apprendra plus tard que c'est la mort de sa mère.
Zia essaie de convaincre Mayuka de raconter ce qu'il sait. Le vieil inca relève alors la tête et regarde Esteban avec un air triste. Ce gros plan sur le visage de Mayuka est très simple, mais beau grâce à la musique. C'est le moment où le vieil inca décide de parler.
Avant de se livrer, Mayuka insiste sur le fait qu'il n'a pas assisté aux évênements qu'il va raconter. Il dira même plus tard qu'elle n'est peut-être qu'une légende. C'est comme s'il essayait d'affaiblir au maximum la portée de son histoire pour protéger Esteban.
Connaissant le drame qu'il s'apprête à raconter, son attitude se comprend tout à fait.

Dans la version française, quand Esteban parle de son père, la musique ne change pas.
Au moment du gros plan sur le visage de Mayuka, la musique prend même un air triomphal. Du coup, l'attitude de Mayuka devient incompréhensible et on perd l'émotion subtile de la scène originale.











Pour voir ce que nous avons perdu dans l'adaptation, je vous propose de regarder un deuxième extrait de l'épisode 13.
Mayuka raconte la rencontre des parents d'Esteban et la mort de sa mère.




Dans la version originale japonaise, la musique de la scène précédente continue. Mais, une fois de plus, elle évolue pour s'accorder avec ce qui est raconté dans la scène. Ainsi, pour accompagner le destin tragique de la mère d'Esteban, elle est mélancolique. Mais quand l'histoire évoque l'énigme du blason du soleil, la musique devient plus lumineuse. Enfin, on peut remarquer qu'elle s'arrête comme elle avait commencé, sur l'image du médaillon (voir l'extrait précédent).
C'est vraiment un travail remarquable de subtilité et d'émotion qu'on fournit ici le réalisateur Hisayuki Toriumi et le compositeur Nobuyoshi Koshibe.

Dans la version française, les français ont mis une nouvelle musique pour accompagner ce passage, mais elle ne rend toujours pas l'ambiance mélancolique comme dans la version originale.
D'ailleurs, on remarque que Mayuka parle si rapidement dans la version française qu'il a trop d'avance sur les images. C'est comme si les français avaient voulu expédier l'histoire de la mort de la mère.








Pour l'anecdote, dans le récit de Mayuka, on remarque qu'un vieil homme lui ressemble (voir l'image ci-contre). Cela signifie qu'il a vécu ces évênements. L'histoire est donc vraie. Si Mayuka a remis en doute sa véracité, c'était pour mieux protéger Esteban.












Pour voir ce que nous avons perdu dans l'adaptation, je vous propose de regarder un dernier extrait de l'épisode 13.
Après avoir vu Mayuka, Esteban et ses amis sont repartis à Machu Picchu.




Dans la version originale japonaise, une nouvelle musique se fait entendre et elle est encore mélancolique. La précédente était là pour accompagner le comportement de Mayuka et son récit. Celle-ci est dédiée aux sentiments d'Esteban. On comprend que le jeune garçon a été touché par l'histoire et qu'il s'est isolé pour y penser.

Hisayuki Toriumi prend le temps de nous fait partager le désarroi du personnage et nous offre une nouvelle scène touchante.

Dans la version française, une nouvelle musique commence aussi, mais elle n'est toujours pas triste. En fait, les français préparent la scène suivante qui montrera comment Tao résout l'énigme du motif du médaillon. Du coup, l'émotion d'Esteban est expédiée. Comme celle du téléspectateur... Dommage.





Pour moi, cet épisode propose un des moments les plus subtiles et touchants de la série. Mise en scène, musique, animation, scénario... Le réalisateur Hisayuki Toriumi utilise tous les éléments qu'il a entre les mains pour retranscrire l'émotion des personnages et la faire ressentir au spectateur. Les français ont adapté cette scène en apportant trop de changements à chacun de ses éléments pour qu'elle garde tout son sens et son impact.
Vous l'aurez compris. Pour moi, cette scène est à la fois un grand moment dans sa version originale japonaise, et une des grandes pertes de cette adaptation.

Nota bene :
Hisayuki Toriumi est décédé en 2009. Réalisateur en chef de la série, il
a mise en scène parmi les épisodes les plus importants (dont l'épisode 13 fait partie). J'espère qu'un jour, son travail sur cette série sera reconnu à sa juste valeur en France.

4 commentaires:

  1. Grâce à ton blog, tu rends un bel hommage à Toriumi Hisayuki, le réalisateur en chef de la série. De même que, tu sors enfin de l'ombre le staff japonais, méconnu ou plutôt devrais-je dire ? Volontairement minimisé par les auteurs français.
    Dans tous les cas, merci pour ton formidable travail. Je n'avais jamais fait attention à ce "détail" cet homme, qui est Mayuca ! Dans le récit de ce dernier. Il était donc là lors du sacrifice de la mère d'Esteban. Quelle émotion !.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour.
    J'aime beaucoup ton blog et j'aime beaucoup les Cités d'or. Je suis fascinée par la découverte de la version japonaise.
    Par contre, depuis quelques articles, ce plaisir m'est désormais refusé, car je ne peux plus voir tes vidéos. Un avertissement en anglais et en russe me dit qu'ils ne sont pas accessibles dans ma région géographique. Je suis au Québec, Canada. Où les MCO sont aussi très populaires, alors je ne suis sûrement pas la seule qui te suit de là.
    Pourtant, auparvant je pouvais visionner tes capsules vidéo. Y a-t-il eu un changement? Si oui, est-il possible de donner un autre lien où les extraits seront visibles? Car sans eux, on perd vraiment tout l'intérêt...
    Sophie

    RépondreSupprimer
  3. Comme toujours, merci Tikal ;-)

    Sophie,

    Je n'étais pas au courant de ça et j'en suis bien désolé. Je n'ai rien changé, mais je vais voir ce que je peux faire.

    Peux-tu juste me dire quelles vidéos posent problème ?
    Ici ou par mail :
    lmcd.perdudanslatraduction@gmail.com

    En tout cas, merci de me prévenir.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas vu ton message à temps pour te répondre mais je vois que le problème a été corrigé.
    Je rattrape dès maintenant le temps perdu.
    Merci!!
    Sophie

    RépondreSupprimer